“Le Canada, c’est un mythe”: 153 ans de violence coloniale et de racisme systémique

Aujourd’hui, c’est la « fête du Canada ». Partout au pays, des célébrations entourant le 153e anniversaire de la Confédération canadienne sont organisées. Mais qu’est-ce que l’on fête exactement?

En fait, cette année marque les 153 années s’étant écoulées depuis que la Constitution est entrée en vigueur en 1867, unifiant les colonies britanniques du Canada-Uni, du Nouveau-Brunswick et de la Nouvelle-Écosse pour former un dominion. En d’autres mots, on fête 153 ans de colonisation. La « fête du Canada » souligne par le fait même la naissance du colonialisme et du génocide physique et culturel des personnes autochtones sur l’Île de la Tortue. En effet, les célébrations du 1er juillet ne tiennent pas compte du fait que les Premières Nations et les Inuits habitent ces terres depuis beaucoup plus que 153 ans. D’ailleurs, des traités avaient été signés pour assurer le partage de ces terres entre les Autochtones et les colons européens, mais ces traités n’ont pas été respectés et les colons ont volé les terres traditionnelles non cédées que l’on célèbre aujourd’hui.

Autrement dit, la « fête du Canada » considère uniquement l’histoire des Canadien.es de descendance européenne, en fermant les yeux sur un sombre passé – et un lourd présent – constitués de violence étatique et de pensionnats autochtones dont les traumatismes sont encore bien présents aujourd’hui et en oubliant que les peuples autochtones habitaient ces terres longtemps avant la colonisation. Encore à ce jour, les personnes autochtones sont profilées, kidnappées, victimisées, incarcérées et tuées à des taux disproportionnés au Canada. La Gendarmerie royale du Canada, créée par John A. Macdonald pour réprimer la résistance autochtone, continue de servir d’outil colonial pour prolonger l’agenda raciste du gouvernement canadien. Les efforts de « réconciliation » sont dérisoires. Les Autochtones sont déplacés de force de leurs territoires traditionnels pour que des pétrolières puissent faire du profit. Dans les deux derniers mois, six personnes autochtones ont été assassinées par la police au Canada. Il faut que ça cesse.

Aujourd’hui, je vous invite donc à remettre en question vos célébrations du 1er juillet et à vous informer sur l’histoire du Canada et les actions posées par son gouvernement colonial et raciste. À mes ami.es blanc.hes, rappelons-nous que nous habitons sur des terres volées et que nous bénéficions du système oppressif de suprématie blanche qui sous-tend ce pays. Il est impossible de célébrer la « fête du Canada » tant que des efforts concrets ne seront pas mis en place pour reconnaître et rectifier le génocide, les traumatismes et le déplacement forcé vécus par les personnes autochtones. À toutes les personnes qui ont le privilège d’utiliser leur ignorance pour justifier leurs célébrations, posez-vous des questions. Il est de notre devoir de s’opposer aux injustices et à la violence coloniale qui existent depuis la confédération et de lutter pour les droits et l’équité des communautés autochtones et racisées.

 

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s